8 juillet, 2016

Coopération Internationale

La coopération que nous réalisons est relative au secteur primaire, principalement sur le développement agricole. Nous étudions et analysons les besoins des populations rurales du Sénégal et leur transférer des ressources utiles pour améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle..

La Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle  est définie selon la FAO :

“comme la garantie de que les individus, les familles et la communauté dans leur ensemble, ceux-ci accèdent à chaque instant à assez d’aliments inoffensifs et nutritifs, principalement produits dans le pays dans des conditions de compétitivité, durabilité et équité, pour que leur consommation et utilisation biologique leur fournir une nutrition parfaite, une vie saine et active, dans le respect de la diversité culturelle et les préférences des consommateurs”

Pour cela, nous établissons des relations avec particuliers, des entreprises et des coopératives agricoles en Europe lesquelles sont disposées à donner une partie de leur ressources (aussi bien machines agricoles,  que des graines, pépinière, engrais …) pour favoriser le développement rural des communautés avec lesquelles nous travaillons.

Le secteur primaire du Sénégal joue un rôle socio-économique spécialement important et l’agriculture fournit des emplois  à 72 % de la population active locale et celle-ci constitue 17 % du PIB. Dans la zone de Bassin Arachidier, région agricole la plus importante du Sénégal, les unités de production sont constituées principalement d’une famille, en général de 9 membres ou plus (67 %). Les agriculteurs justifient leur récolte dans deux cultures principales : la cacahuète et une céréale de subsistance, en général en alternant le millet et le sorgho. D’habitude les ressources obtenus sont insuffisants, en partie par la limitation de surface cultivée et en partie par le manque de ressources, spécialement matériel agricole et engrais.

La plupart des agriculteurs dirigent la récolte de la cacahuète à la vente et la récolte de céréale à la propre consommation. Souvent la quantité de céréale récoltée est insuffisante pour garantir une alimentation parfaite de la famille pendant toute l’année. Autrement, les recettes obtenues de la vente de la cacahuète sont utilisées pour payer les impôts et pour satisfaire les besoins de la famille, surtout d’ordre alimentaire.

En partie à cause de ce manque d’aliments et de ressources, les producteurs ne conservent pas de bonne partie des recettes et des graines pour financer la campagne suivante, de sorte que il y a des saisons dans lesquelles il est franchement difficile d’obtenir une production suffisante pour couvrir ses nécessités basiques.

Notre but est de fournir des ressources utiles et durables aux communautés agricoles baobab y sorgoavec lesquelles nous travaillons, tant au niveau technique et à niveau de matériel végétal. Les améliorations techniques permettraient d’augmenter la productivité, de sorte que l’excédent sera plus grand et avec cela aussi les recettes des familles. De plus, une diversification de cultures permettrait d’enrichir le régime des familles, alors il ne serait pas nécessaire dédier une partie élevée de leurs recettes pour leur alimentation. En complétant ces ressources avec une formation pratique et spécialisée en différents domaines du secteur primaire, nous espérons pouvoir contribuer à un développement durable des communautés rurales avec lesquelles nous travaillons.